b) Débusquer et chasser les Tigres
Profitant de l'accalmie, l'Etat-Major de l'IJA réorganise ses groupes. Trois pilotes aguerris sont ponctionnés de l'effectif du 64ème Sentaï afin de faire profiter d'autres escadrilles de leur expérience. Ils sont numériquement remplacés par trois jeunes pilotes sortant d'écoles d'aviation. Pour la première fois, le 64ème Sentaï compte des pilotes inexpérimentés dans ses rangs. Le 8 avril 1942, l'équipage d'un ki46 envoyé en reconnaissance rapporte avoir aperçu 15 chasseurs alliés stationnés sur la base de Loiwing. L'AVG ne s'est-elle donc pas repliée ? Kato décide alors de lancer un raid. Yohei Hinoki raconte le combat : " Près de deux heures après notre envol de Chiang Maï nous parvenons au-dessus de Loiwing. Le ciel semble vide de toute présence ennemie mais nous n'apercevons pourtant que trois avions sur l'aérodrome. Kato bat des ailes et lance l'attaque. Le commandant du 2ème Shotaï, Maruo (Tai-i), qui devait nous garantir une couverture haute, descendit également afin de straffer l'aérodrome à son tour. C'est donc toute notre formation qui, se retrouvait ainsi vulnérable à basse altitude".
Les pilotes de l'AVG en patrouille à 22 000 pieds au-dessus de l'aérodrome sautent sur l'occasion et fondent sur leurs proies. Le 64ème Sentaï perd 4 Hayabusas et leurs pilotes lors de cette bataille aérienne. Le Tai-i Anma - l'as aux 32 victoires - s'écrase dans une rizière au sud de Loiwing. Un autre vétéran trouve également la mort lors de ce combat: Haruto Wado (Gun-so) dont l'avion percute la piste de Loiwing. Les lieutenants Tadao Kuroki et Muneyuki Okumura sont également tués. Kato est lui aussi touché lors de cet engagement alors qu'il tente de grimper, moteur à plein régime et doit rompre le combat. Le jeune lieutenant Shunji Takahashi , dont c'était le baptême du feu, raconta par la suite que la seule chose à laquelle il put penser fut d'effectuer des loopings afin d'échapper au feu ennemi; il en exécuta ainsi une trentaine avant de parvenir à se dégager et prendre le cap retour.
c) Une éprouvante mise à l'épreuve
Le soir venu, le dîner est bien amer. Le regard sombre, Kato rompt le silence: "Nous devons y retourner et attaquer de nouveau. Ce ne sera pas facile mais nous devons le faire. C'est notre devoir". Ce sont donc 11 Hayabusas qui s'apprêtent à décoller pour un nouveau vol de grande distance ( 750 miles ); afin d'exécuter correctement cette mission, les pilotes nippons devront utiliser jusqu'à la dernière goutte de leurs réserves de combustible. A 3h45, dans la pénombre, les moteurs sont mis en marche. En rejoignant la piste, 3 avions entrent en collision. Sur les 8 appareils restants, 3 sont contraints de rentrer prématurément à cause de moteurs défaillants. Néanmoins, les pilotes menés par Kato parviennent sur leur objectif à 6h10, surprenant complètement leurs adversaires. Kato éteint ses feux de navigation puis bat des ailes pour lancer l'attaque. Malgré plusieurs passes, pas un seul des 23 Tomahawk ne s'enflamme; leurs réservoirs sont certainement vides. Kato finit par battre des ailes et rallumer ses feux de navigation pour regrouper la formation. Alors que celle-ci prend le chemin du retour, les équipiers de Kato sont surpris de voir leur chef tirer une longue rafale dans le vide. De retour à Chang Mai, Hinoki lui demande la raison de cet étrange comportement. Kato, qui avait cru ses armes enrayées lors des passes de mitraillage s'est en fait rendu compte qu'il avait lui-même malencontreusement heurté le commutateur de commande d'armement en éteignant ses feux de navigation. Il n'a réalisé son erreur qu'en les rallumant et a alors tiré une rafale pour s'assurer qu'il avait effectivement commis une telle bourde !
Yohei Hinoki, As du 64ème Sentai
Neuf pilotes du 64ème Sentaï repartent au combat l'après-midi même pour un nouveau raid sur Loiwing. Les trois Shataï sont repérés par le réseau allié de guet avancé; l'alerte est donnée à Loiwing. Six Tomahawks décollent immédiatement et grimpent à 25 000 pieds afin de défendre leur aérodrome. Le Chu-i Hinoki est terrifié en les voyant soudainement plonger sur le Shotaï mené par le lieutenant Takeshi Endo . Hinoki vire afin de se placer en position d'attaque, suivi de son ailier le sergent Aikichi Misago (Gunso). Ils prennent à partie une paire d'avions de l'AVG qui pique instantanément et disparaît. Misago est alors engagé. Bob Brook rapporte : "J'ai effectué 3 attaques sur l'appareil ennemi. Il a viré sur la gauche puis s'est renversé, des flammes sortant des réservoirs de son aile gauche. Il est alors tombé à pic. Je l'ai suivi pendant plusieurs secondes." Hinoki voit Misago mourir. Dans le même temps il entame un combat avec Robert T. Smith, manoeuvrant à travers les nuages et à basse altitude. Demeuré attentif, Hinoki voit un avion ennemi fondre sur lui à pleine vitesse; s'ensuit une passe frontale, les deux pilotes faisant feu en même temps. Hinoki est touché. Du sang coule sur son visage, de l'essence s'échappe du réservoir de son aile droite. Plutôt que d'être fait prisonnier, le nippon est résolu à mourir en s'écrasant sur la montagne. Bob Smith poursuit Hinoki mais ce dernier est dégagé par deux Hayabusa qui obligent Smith à breaker. Soulagé et retrouvant sa lucidité, Hinoki s'aperçoit que malgré les dégats les commandes de son avion répondent toujours, il décide de tenter de rentrer et parvient finalement à atteindre Chang Maï. On dénombrera 21 impacts sur son appareil. Quand à Bob Smith,il se révèle décidément opiniâtre. Se lançant de nouveau à la poursuite de ses ennemis, il finit par abattre Goto qui décède.