b)la conquête de la Malaisie
II) Les jours de gloire
Au mois d'août 1941, le 64ème Sentaï se voit confier un tout nouveau matériel:il s'agit du chasseur nakajima ki 43 Hayabusa. Cet avion tient une place particulière dans l'histoire de cette unité. En effet, il sera de tous les combats du Sentaï, jusqu'aux derniers jours de la guerre. Ce chasseur quelque peu méconnu - à tel point que même des pilotes alliés l'ont souvent confondu avec le zero, son homologue de la marine - sera pourtant en 1945 encore un adversaire redoutable pour les chasseurs alliés de dernière génération.
Ki43 Hayabusa du 2ème Shotaï du 64ème Hiko Sentaï
S'ensuit alors une période de formation et d'entraînement des nouveaux pilotes sur ce matériel. Profitant de cette période d'accalmie, Kato se rend en Allemagne où il confronte les tactiques japonaises à celles de la Luftwaffe. Cependant, les tensions entre Etats rivaux demeurent et le 11 mars 1939 éclate le conflit du Nomohan, nom japonais de la rivière Khalkin-Gol située à la frontière de la Mandchourie et de la Mongolie. Le 64ème Sentaï, intégré au 12ème Hidodan, se voit alors confier la mission de protéger l'infanterie depuis la base de Houlan en Mandchourie. Les combats sont éprouvants et les pilotes fortement sollicités. Le capitaine Iwori Sakaï (Taï-i ), qui deviendra commandant du 2nd Shotaï à la mort de Anzaï (Taï-i, 1er septembre 1939) témoigne "Je volais quatre ou même six fois par jour et étais si fatigué que je revenais de la dernière sortie pratiquement aveugle, du fait de l'épuisement. Il m'est ainsi arrivé de rentrer avec 50 impacts dans mon avion" . Au cours de ce conflit, Iwori Sakaï remporte 15 victoires et devient ainsi un des as nippons les plus efficaces. Il quitte pourtant le 64ème Sentaï à l'automne 1939 pour devenir à son tour instructeur et pilote d'essais. Son score sera dépassé par le sergent Ryotaro Jobo (Gun-sô )qui descend son premier I16 le 3 août. Sa seconde victoire survient le 14 août après une poursuite de 40 km derrière les lignes ennemies. Le 21 Août, l'IJA attaque massivement l'aérodrome de Tamsak-Balak: plus de 50 bombardiers escortés par 88 ki27 participent à la bataille aérienne. Le 64ème Sentaï remporte à cette occasion plus de 20 victoires. Le sergent Jobo (Gun-Sô), pourtant blessé au visage par un éclat abat deux I 16. Il finira le conflit avec 18 nouvelles victoires puis sera affecté à une école d'officiers au Japon. Quant à Tateo Kato, il augmente son score de 10 victoires avant que ne cessent le 15 septembre 1939 les "incidents du Nomohan". Durant ces quatre mois de conflit, l'IJA revendique 1162 avions soviétiques abattus en vol et 98 détruits au sol pour la perte de 162 des leurs. De leur côté, les pilotes de l'URSS affirment avoir descendu 650 avions japonais et reconnaissent la perte de 207 de leurs machines. Désormais, l'Etat-major de l'Armée impériale prépare une nouvelle guerre d'expansion. Le 64ème Sentaï est alors envoyé au sud de la Chine.
Les Hayabusas sont alertés; la chasse commence. Trois pilotes parviennent à intercepter les bombardiers moyens. Les lieutenants ( Chu-i ) Takayama , Hinoki et Hatta partagent une victoire. En fait, si le Blenheim est effectivement fortement endommagé il réussit un atterrissage de force sur le terrain de Machang. Dans l'après-midi, des Hayabusas menés par Kato attaquent le terrain de Butterworth en employant la "tactique d'attaque n°8" définie par l'AIJ. Il s'agit de piquer, grimper, virer puis piquerde nouveau. Les pilotes du 64ème Sentaï entament leur attaque depuis l'altitude de 500m, en faisant feu. La sortie permet de détruire 5 avions au sol. Toutefois, sur le chemin du retour, un Hayabusa du 3ème Shotaï est victime d'un tir ami provenant d'un destroyer japonais. Le pilote arrive cependant à amerrir au large de Phu Quoc. Le 12 décembre 1941, le 64ème Sentaï est transféré sur l'aérodrome de Kota Bahru que les britanniques ont été contraints d'évacuer. Kato remporte sa première victoire de la seconde guerre mondiale le 22 décembre 1941. Ce jour-là, 18 hayabusa sous les ordres de Kato décollent de Kota Bahru à 11h10. Ils atteignent Kuala Lumpur à 11h40 à l'altitude de 4000m. Les ailiers de Tadao Takayama (Chû-i), leader du 2nd Shotaï, aperçoivent sous leurs ailes une formation de Buffalo du 453 Sqd emmenés par le Flt Lt Venderfield.
Ki44 vs Buffalo, Extraix du filme "Kato Hayabusa Sentotai"
a) Premières missions de guerre et premières pertes.
Blenheim MK IV
Le matin du 8 décembre 1941 - jour de l'attaque sur Pearl Harbour - le 64ème Sentaï patrouille au-dessus de la région de Kota Bahru où les japonais disposent désormais d'aérodromes de campagne. 10 Blenheim MK IV du n°34 Sqd apparaissent à basse altitude, bombardent et straffent.
Tout ne débute pas sous les meilleurs auspices pour les pilotes du 64ème Sentaï. En effet, un premier drame survient très tôt; lors d'un entraînement au combat, 2 chasseurs perdent leurs ailes lors d'un piqué. Suite à ce malheureux incident, quelques pilotes se rendent en métropole, à Tachikawa (aux environs de Tokyo) où sont construites les ailes. La structure de ces dernières est analysée et renforcée en conséquence. Alors que les pilotes du 64ème Sentaï poursuivent leur transformation sur ki 43, l'Etat-major de l'Armée impériale déploie ses escadrilles en vue de nouvelles conquêtes. Les pilotes de Kato prennent leurs nouveaux quartiers sur la base de Duong Ding, située sur l'île de Phu Quoc, en Indochine. Ils disposent de 33 ki 43 I et de 6 ki 27 qui ne sont désormais utilisés qu'en tant qu'avions de liaison. Alors que dans le nord du Pacifique, une armada composée des six plus gros porte-avions de la Marine Impériale se dirige vers l'archipel des Hawaï afin d'attaquer la base de Pearl Harbor, à l'ouest de ce même océan les troupes de l'armée se préparent à ouvrir le premier front terrestre. 27 navires transportant 55 000 fantassins défendus par leur escorte navale composée de destroyers et de croiseurs font route vers la Malaisie et la côte méridionale de la Thaïlande. Kato note dans son journal à la date du 6 décembre 1941: "Je me suis rendu au quartier général pour préparer l'escorte du convoi. Il m'a semblé que jamais une responsabilité aussi importante n'avait pesée sur mes épaules". Le 7 décembre le Catalina FV-Y du Flg Off P.E. Bedell envoyé en reconnaissance par les britanniques est poursuivi puis abattu par un hydravion Aichi EI3I et des ki 27 du Ier Sentaï de chasse. Le Catalina finit par exploser, tuant son équipage de huit hommes; ce sont les premiers tués de la guerre du Pacifique. Ce même jour, la météo est affreuse; de lourds nuages draînent de fortes pluies. Les mécaniciens du 64ème Sentaï ont bien du mal à démarrer les moteurs des Hayabusas. Seul un démarreur est en état de marche et doit donc servir pour chaque avion, l'un après l'autre. Ce n'est que lorsque tous les moteurs sont enfin démarrés que les ki 43 s'envolent. Le 64ème Sentaï entame sa première mission de guerre dans le Pacifique. Si la pluie a cessé, de sombres nuages recouvrent entièrement le ciel...A 17h30, Kato et cinq autres pilotes décollent de Duong Dong pour relever la patrouille du second Shotaï menée par le lieutenant Tadao Takayama (Chû-i). "Nous devions patrouiller jusqu'au coucher du soleil mais en fait nous n'avons jamais vu le soleil" écrit dans son journal Kato le soir venu. Arrivés sur zone à 19h10, les pilotes prennent le cap retour à 20 heures, guidés par un bombardier et son navigateur. Mais gênés par l'obscurité et les nuages, les pilotes nippons ne parviennent pas à maintenir la formation. Peu habitués à survoler l'élément marin et servant sur des ki43 non équipés de radiogoniomètres, 3 d'entre eux se perdent et s'abîment en mer sans laisser de trace.